home Uncategorized Conférence RH de l’Udimec: Et Taylor était abandonné?

Conférence RH de l’Udimec: Et Taylor était abandonné?

Un ancien patron d’une grande entreprise d’aéronautique, François Pélerin, était de passage à Moirans pour cause d’une conférence de l’Udimec sur le sujet de l’industrie 4.0 et plus précisément sur les ressources humaines. Dans un univers de plus en plus numérique, y a t-il encore une place pour nous les humains.

Dans la zone Centr’alp, au pôle formation de l’Udimec (Union des industries et métiers de la Métallurgie de l’Isère), les robots envahissent tout l’espace, des téléviseurs géants au tactiles et une ligne de production modulable. Mais ce rassemblement pour les ressources humaines met en lumière le regard des humain: François Pélerin. Un ex chef d’entreprise industrielle est venu parler le sujet des RH mardi 3 juillet.

Selon François Pélerin

 

Grande question, à l’heures où la plupart des gens se demande si il va être remplacer par un robot dans une avenir proche. Dans le secteur de l’industrie qui accélère (après l’électricité, la vapeur et la mécanisation), François Pélerin, pense que les entreprise devrait mettre en avant les humains.

 

L’ancien chef d’entreprise c’est autocritiquer: “On est de grands fans de Taylor en France. C’est le chef qui fait descendre les ordres, point”, détail-t-il avec toute simplicité aux qui assiste à la conférence, que se soit des DRH de grandes entreprises ou de PME.

Pour les spécialistes

Par contre, en ce qui concerne les spécialiste de la question “il faut arrêter avec les managers qui font du reporting sur Excel toute la journée, sans aller sur le terrain, comme dans les années 90. Vous vous souvenez ?”  acquiescement de la salle. “Ainsi, il y a eu un basculement, on doit abandonner Taylor”, dit François Pélerin qui parle ainsi du ““Lean managment” qui vise l’amélioration des performances de l’entreprise par le développement de tous les employés.” Mais même à se moment, il constate que cette technique à échouer en France: “ on s’est mis à imposer le Lean, puis à chronométrer les tâches, etc…”.

 

La mise en pratique du Lean, utiliser avec la philosophie de Taylor à durée longtemps. Particulièrement, ces techniques qui n’ont plus rien à voir les nouvelles personnes qui arrivent dans le monde travaille et qui “ n‘ont pas envie de hiérarchie. Ils ont besoin de conseil et d’expérience des autres. Des coachs, pas des boss”.

 

En continuant ces explication, François Pélerin pense que “ les jeunes sont moins tolérants aux contraintes. Il sera plus facile pour eux de quitter leur emploi, s’il n’y trouve pas de sens”. Les gens de la salle ont alors soulevé un remarque: “ peut-être que, étant donné que beaucoup d’entreprises n’embauchent qu’avec des CDD, les jeunes ont compris qu’ils étaient jetables”. Et une personne se demande : “là, on parle de l’humain au centre. Mais je suis dans un grand groupe américain. Et pour une simple évolution du taux de change dollar/euro, la direction américaine peut supprimer des milliers de postes”,  constate-t-il…